Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 1010 avis et 189 séries (Note moyenne: 3.1)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Commissaire Raffini  posté le 31/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'histoire est très classique : une enquête autour d'une série de meurtres. La police est sur les rangs pour trouver une piste sur le tueur qui semble agir sans mobile.

Classique mais l'ensemble tient la route et a un délicieux goût rétro. Le dessin aide à se contextualiser dans les années 50, noir et blanc, faisant penser à du Tardi ; j'ai bien aimé le petit clin d’œil à l'Oreille cassée d'Hergé dans la cave du vieil homme.

Un polar à l'ancienne qui use d'un schéma simple mais d'une lecture appréciable.

Nom série  Voleurs d'Empires  posté le 31/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une belle saga ces voleurs d'empires. Mélanger le contexte historique de la fin du XIXème siècle, guerre avec notre voisin, la commune de Paris, avec la trame familiale d'une jeune fille ayant vendu littéralement son âme au diable, ce dernier étant doté d'un bicorne rappelant un certain personnage corse.

Le dessin est vraiment très beau, bien détaillé et réaliste. Le lecteur s'immerge bien dans le récit côtoyant Thiers dont nos rues portent aujourd'hui le nom alors qu'il est responsable de dizaines de morts.

A noter que les couvertures originales sont plus belles que les nouvelles bien que ces dernières assurent une certaine cohérence d'ensemble avec sur chacune un demi-plan poitrine des personnages principaux.

Bref 7 tomes qu'on engloutit sans retenue. Il fallait oser une trame historico-fantastique, celle-ci se révèle tout à fait plaisante à lire pour ceux qui aiment cette période historique mais sans toutefois avoir le malheur de tomber dans le ridicule d'un fantastique trop prégnant.

Nom série  Pain d’Alouette  posté le 31/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Lax revient à ses amours comme dans « L'Aigle sans orteils ». On y parle vélo et grande guerre. C'est l'époque où les cyclistes étaient des héros presque kamikazes quand on voit la difficulté du parcours, les nombreuses chutes et le sang qui coule pour de nombreux coureurs sans pour autant les faire renoncer à aller au bout. Car il s'agit du célèbre Paris-Roubaix que nous fait revivre l'auteur, c'est une course cycliste réputée pour sa difficulté.

Son dessin est très beau bien servi par des couleurs choisies. Pour autant on lit cela sans déplaisir mais sans réelle passion non plus. Je ne sais pas s'il faut être très féru de cyclisme pour apprécier, pour ma part cela reste une bonne lecture mais sans coup de cœur.

Nom série  Empire USA  posté le 31/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Empire USA, c'est à la bande dessinée ce que sont les experts aux séries policières américaines : formaté aussi bien sur l'histoire que le dessin.

Qu'est ce qu'on en retient ? Pas grand chose, presque aussi vite oublié que consommé. On retrouve une histoire de complot avec un héros sur qui repose la survie du monde. Les dessins sont certes tout à fait réalistes, très propres mais sans personnalité, avec un traitement par ordinateur. Bref cela reste quelque chose qu'on peut lire car ce n'est pas non plus ennuyeux ou débilitant mais qui ne marque en aucun cas son lecteur dans la durée.

Nom série  Arq  posté le 31/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Du grand Andreas. On déroule au fur et à mesure de la lecture de ses nombreux tomes l'écheveau du scénario alambiqué sorti du cerveau de son auteur. Comme à son habitude dans ce genre de série fleuve, l'auteur prépare son terrain petit à petit, un fait anodin trouvera un écho plusieurs tomes plus tard.

Arq est un homme, un monde, un mystère à lui seul dont on ne sait pas si la clé nous sera donnée à la fin. C'est ce qui est dommage dans cette histoire, devoir attendre de nombreux tomes de 48 pages qui se lisent chacun assez vite, rester sur sa faim et se lasser au fil des ans. Tout cela au lieu de faire quelque chose en 3 tomes mais plus gros. Heureusement en quelque sorte que je me suis mis à cette série sur le tard, j'ai pu lire les 12 tomes dans un laps de temps court.

Pour le reste, une grande série aussi bien pour son histoire dont je tairai les détails que son dessin et les compositions superbes d'Andreas.

Nom série  Le Sursis  posté le 31/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un classique. Gentille ambiance de village baigné de soleil, assez déconnecté de l'horreur des combats. Avec un héros beau gosse et une Jeanne qui ne l'est pas moins.

Deux tomes très différents car le premier est un huis clos où il ne se passe pas grand chose au final. Le tome 2 est la réunion de Julien et de sa belle, très très belle héroïne. On bouge un peu plus, on pense à soi et ses actions dans cette guerre, rester passivement terré en attendant que ça se tasse ou se prendre en main pour contribuer à la victoire finale.

Bref cette série a un certain succès et cela se comprend vu que l'histoire est bien menée et que le dessin est vraiment de toute beauté.

Nom série  Vengeance nymphomane  posté le 25/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'histoire débute dans un cinéma porno où l'un des spectateurs voit un fantasme du film se réaliser. En effet une femme débarque à genoux au milieu des fauteuils pour le sucer. On apprend quelques pages plus loin qu'elle appartient à la ligue de moralité et qu'un tel comportement est donc bien surprenant de sa part. D'autant plus quand ce n'est pas le premier cas de ce genre dans la ville.

Et là les meilleurs limiers du FBI, des pastiches de Mulder et Scully, sont mis sur l'affaire car les faits sont un vrai mystère. Mais la vérité est ailleurs.

Bon il faut dire que le porn-Mulder ne suce pas que de la glace pour sa part et ces cas de nymphomanie maladive frappant les femmes tour à tour sont le prétexte à de bonnes scènes de sexe dans tous les coins de la ville. Le dessin est pour sa part agréable à regarder, bien fait et réaliste. Ce dernier qualificatif ne s'applique pas au scénario qui part dans un trip esprit démoniaque, enfin on sait à quoi s'attendre quand on génère un croisement de X-files avec un porno.

Nom série  Kuzuryu  posté le 24/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une bonne brique ce manga, pas forcément évident à manier pour le lire. Quelle idée aussi de regrouper les 3 tomes originaux en un seul.

Bref on est rapidement - au bout de quelques dizaines de pages tout de même - pris dans l'action de ce manga suivant les pas de Kuzuryu, le surnom d'un homme solitaire cherchant son passé, notamment le mystère du meurtre de tout son village alors qu'il était encore enfant. Il dispose juste d'un petit pendentif pour le mettre sur la trace des tueurs de ses parents. On découvre par la suite qu'il existe plusieurs exemplaires de cet objet représentant un dragon à 9 têtes et qu'ils constituent la clé de cette quête de vérité. Cela peut faire penser à Lone Wolf & Cub pour le côté tueur à gages incognito se baladant de village en village. Notre apothicaire ne sait pas que soigner, c'est en effet une fine lame qui sait exécuter des petits contrats discrets pour les clients qui peuvent payer rubis sur l'ongle.

L'homme garde un air mystérieux tout au long de l'album avec un visage fermé. Ishinomori a un dessin très dynamique, j'aime beaucoup son style. Finalement la lecture de ces pages coule doucement, le rythme adopté et les progrès de l'enquête tiennent le lecteur en haleine sans ennui au milieu d'un Japon rural parsemé d'habitants pas toujours très bien intentionnés.

Nom série  Debout l'humanité !  posté le 20/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà un nouvel album d'Osamu Tezuka, ça commençait à se faire attendre pourrait-on dire vu comment les éditeurs nous avaient habitués dans les années passées à une déferlante de titres de sa prolifique œuvre. Depuis c'était le calme plat.

A noter que les éditions Flblb vont encore éditer 2 albums de Tezuka, si la qualité est égale à celle-ci aucun problème pour s'y pencher.

Debout l'humanité est un one-shot d'un peu plus de 400 pages, à l'origine en 2 volumes, écrit en 1967-68. On est encore dans les premiers travaux de l'auteur si on peut dire, c'est vers la fin de l'époque d'Astro Boy. Cela se ressent déjà dans le dessin et la composition des planches, plus simple et moins travaillé. C'est sûrement voulu et cela crée un dessin rapide concentrant le regard sur les personnages. Et en même temps on retrouve beaucoup l'humour potache de l'auteur qui tranche parfois de drôle de façon avec le sérieux de son récit.

Le personnage principal Tenka Tahei représenté sur la couverture en un pastiche douteux du Führer est un homme faible et banal mais doté d'une particularité sur ces spermatozoïdes qui va engendrer une 3ème forme d'humains. Tout un business se développe par quelques hommes voyant le potentiel financier de ces humains asexués, tous des "enfants" de Tenka fabriqués en laboratoire. Ils sont considérés comme des robots obéissants qu'on peut tuer librement - on en fera même un spectacle - et mettre au service des différentes nations pour servir de chair à canon. Tezuka dénonce à travers cela la bêtise de la guerre, notamment celle du Vietnam contemporaine de l'écriture, et démonte aussi les régimes totalitaires. Derrière son côté délirant et une histoire qui tient à peine debout au départ, Tezuka réussit à remonter la barre au fil des pages et dénonce une quantité de choses, presque trop, dans un manga qui s'avère très politisé.

De plus son thème d'un nouveau genre humain l'amène à parler de sexe de façon frontale à une époque où cela était plus tabou que de nos jours. Les questions d'identité sexuelle mais aussi d'inceste sont abordées.

Le soulèvement couve, un vent de révolution souffle dans ce manga...

Nom série  Mister Wonderful  posté le 09/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Daniel Clowes est un auteur américain réputé que j'ai commencé à lire il y a quelques mois seulement et pour l'instant j'ai bien aimé tout ce que j'ai lu de lui. Ici avec Mister Wonderful, un album au format à l'italienne, il arrive à restituer avec justesse les pensées et émois d'un homme qui manque totalement de confiance en lui. Marshall a un certain vécu, il est déjà séparé d'une femme avec qui il vivait depuis plusieurs années mais qui le trompait avec tous ses amis - on force un peu le trait de la loose - et on le découvre aigri sur les bords. Il se rend compte par exemple du fossé le séparant de la jeune génération qui l'énerve au plus haut point, téléphone vissé à l'oreille déblatérant au public sa vie misérable surtout à qui ne veut pas l'entendre.

Cet homme recherche une nouvelle compagne pour ne pas finir sa pathétique vie tout seul, de son propre aveu. Des amis arrangent une rencontre avec Nathalie. On vit avec régal les premières pages où il se demande laquelle des femmes présentes dans le bar pourrait bien être Nathalie. Non impossible que ce soit elle, trop bien pour lui. Ou à l'inverse, faites surtout que ce ne soit pas elle, qu'est-ce que je pourrais trouver comme excuse pour me défausser... Puis les minutes s'écoulent et là le doute s'installe, c'est sûr elle ne va pas venir, elle a pris peur, ou bien elle l'a vu et a fui.

Mais la love story va finir par s'installer doucement entre 2 êtres aussi abîmés l'un que l'autre par leurs relations passées. Et c'est cela qu'on aime lire sous le trait précis du dessin de Clowes.

Nom série  Des Nouvelles d'Alain  posté le 31/07/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Dans la droite lignée de la série Le Photographe de Didier Lefèvre, un de ses amis, Alain Keler raconte en différents chapitres ses rencontres avec les Roms un peu partout en Europe que ce soit dans les pays de l'Est ou en Italie ou même en région parisienne... La misère est noire et les photographies sont parfois dures à capturer et à montrer.

Pré-publié dans le magazine XXI, l'album est un mélange entre photos le plus souvent en noir et blanc et cases dessinées par Emmanuel Guibert et Frédéric Lemercier. Parmi les rencontres, celle de Kesaj Tchavé une chanteuse en Slovaquie (http://www.myspace.com/kesajtchave). Celle de Milan en Italie à qui la serveuse ne veut pas donner de menu au restaurant.

Et plus proche de nous les rencontres avec le milieu associatif qui aide ces communautés. Cela nous relie à une actualité très récente, le gouvernement ayant décidé d'accélérer la destruction des camps et le retour des illégaux dans leur pays d'origine (duquel ils repartent quelques jours plus tard car la vie n'y est pas possible non plus...) tout en amalgamant Roms et gens du voyage.

Alain Keler raconte en fin d'album l'expulsion d'un camp qu'il a pu vivre à Fleury-Mérogis.

Bref une bande dessinée témoignage qui a au moins le mérite de raconter les faits sur une communauté marginalisée depuis des décennies et qu'on feint de ne pas voir à nos portes par manque de solutions.

Nom série  La punition  posté le 10/07/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une jeune femme est surprise à voler dans un magasin. Les vigiles vont se charger de la punir. Ils l'emmènent alors dans les sous-sols pour commencer par une fouille au corps complète, puis elle passe dans plusieurs pièces pour une "rééducation" afin qu'elle ne vole plus jamais. C'est un peu comme Orange mécanique sur le concept si vous voulez, la rééducation d'une femme par divers procédés notamment une ingénieuse machine à goder.

Le dessin est pas mal du tout avec de jolies couleurs flashies et un certain talent du dessinateur pour les toisons pubiennes bien fournies.

Ça commence par se plaindre et à la fin ça en redemande, syndrome bien connu de ce genre. Bref sans être une merveille ni approuver les pratiques en question, cette bande dessinée est tout à fait regardable.

Nom série  Le Bloc  posté le 09/07/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Les racailles de banlieue dans tous leurs clichés : langages, bagarres, traitement de la femme plus bas que terre et oisiveté. Tout cela finit dans des plans foireux pour se faire un peu d'argent.
Dessin assez quelconque sur fond marron, et un nombre de personnages, malgré qu'ils soient décrits au début, trop élévé pour un si petit huis clos.

Bof bof.

Nom série  Jimena  posté le 09/07/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Jimena s'ennuie dans son petit bled paumé du bord de mer en Patagonie accompagnée d'un mari qu'elle n'aime pas et auquel elle fût mariée de force. Bref le cadre n'est pas rose. Mais un jour Nick débarque avec sa Cadillac et son costume, Jimena tente alors le tout pour le tout et abandonne tout derrière elle pour le suivre à Buenos Aires.

L'histoire n'est pas hyper palpitante et se donne un côté très littéraire genre et Jimena quand elle le vit sut qu'on peut tomber amoureux d'un homme qu'on ne connaissait pas 2 minutes plus tôt. Le tout finit par tomber dans un petit côté sordide autour de désillusions, drogue et prostitution d'une Jimena bien candide. Finalement ce bon vieux mari et sa vie d'avant, c'était pas la mort se dit-elle.

Je dois avouer que je ne suis pas franchement adepte du dessin, il m'a fallu quelques pages pour m'habituer à ce style de peinture. La fin m'a par contre assez marqué notamment la toute dernière planche où Jimena prend toute la mesure de la conséquence malheureuse de sa fuite.

Nom série  Col blanc  posté le 09/07/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voici un album intéressant sur un plan historique, ce doit être un des premiers romans graphiques au sens pur, muet, de style carte à gratter. On ne dirait pas que cet album date des années 1930.
On cherche en quelques pages qui tournent vite mais tout de même pas en 24 images par seconde, à retracer le parcours d'une famille à la suite de la crise de 1929. La difficulté de la vie à l'époque surtout quand on est un ouvrier et le risque de tomber dans un extrémisme malsain.
C'est pas mal mais j'ai toujours du mal à donner une bonne note à ce type d'ouvrage la qualité de l'histoire étant un point important pour moi que j'ai du mal à apprécier dans une bande dessinée muette.

Nom série  La Plaine du Kanto  posté le 09/07/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
La montée en régime arrive au fil de la lecture. Au départ on n'est pas spécialement enclins à s'attacher à ces 2 gamins désœuvrés qui ont pour point commun de manquer d'une structure familiale solide. A la limite on se force un peu. Puis on est surpris par des scènes très crues dans ce récit. Ensuite par la relation qui s'établit.
Et enfin on en découvre une bien bonne sur l'un des gamins.
Au fond il ne se passe pas grand chose d'extraordinaire malgré un volume très dense, dont le prix s'en ressent mais l'édition est soignée. Pourtant le mode de narration très réaliste, certains y verront peut-être la marque de la propre enfance de l'auteur, fait qu'on se laisse emporter par ce récit de Kamimura.

Nom série  L'Impertinence d'un été  posté le 09/07/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Edward Weston au Mexique dans les années 20. On y trouve un récit sur ses aventures amoureuses et photographiques sur fond de mouvement politique massif. Les communistes sont à l’œuvre et Weston l'américain se garde bien de s'y mêler de trop près.
Le dessin de Pellejero est bien, toujours reconnaissable à son style de trait épais pour les contours de ses personnages. Il est dommage qu'on ne voit pas plus de peinture et que ne soit pas mieux expliqué le contexte des muralistes.

Nom série  L'Autre Laideur l'Autre Folie  posté le 09/07/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Très beau dessin, il faut le souligner. Le style de Marc Malès en noir et blanc est superbe et très réaliste donnant à cette romance une très bonne atmosphère entre les 2 protagonistes.

C'est l'histoire d'une rencontre originale. D'un côté un homme physiquement laid à ses dires mais ayant connu son heure de gloire. De l'autre, une femme qui sombre dans la folie suite à un choc émotionnel intense. Ils vont vivre par un pur hasard quelques jours en compagnie l'un de l'autre, loin de tout le reste et ce huis clos va les faire évoluer.

Bref, une histoire assez forte qui marque la mémoire encore longtemps après sa lecture.

Nom série  Le Roi Léo  posté le 09/07/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Du Tezuka très gentillet, clairement pas dans les œuvres que je préfère de cet auteur mais ça pourrait tout à fait plaire à un collégien. C'est dommage que ça soit réédité à 12 euros le tome... une édition poche classique était suffisante.

Le grand lion appelé Pandja par les indigènes se fait tuer dans la savane et sa femme la lionne qui était enceinte est emmenée par des vilains (style Tintin au Congo inside). Le petit qui arrive dans ce monde va un jour s'enfuir. On retrouve pas mal de personnages de l'univers de Tezuka comme M. Moustache, Kenichi, le duc rouge - qui s'appelle monsieur plus ici - et d'autres.
C'est orienté jeune public, le petit lion parle avec les autres animaux. Ces derniers s'esclaffent de sa candeur. Mais bon petit lion deviendra grand et respecté.

Nom série  L'Île aux cent mille morts  posté le 09/07/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Oui cet album est drôle avec son idée de départ décalée d'une jeune fille embarquant sur un bateau de pirates et débarquant sur une étrange île.

Pour ma part, j'ai bien aimé la narration ainsi que le dessin de Jason qui plaît ou pas. Personnellement les visages inexpressifs des personnages ne me dérangent pas. Les couleurs pastels sont également bien choisies.

Bref l'histoire est gentillette, on passe un bon moment de lecture mais rien d'inoubliable ni de très marquant pour autant.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque