Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 1977 avis et 562 séries (Note moyenne: 3.06)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Alain Chevallier  posté le 09/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Alain Chevallier fait son apparition -sous forme de "strips"- dans le supplément du quotidien belge "Le Soir" n° 227 (85ème année) du 29 Septembre 1971.

Alain Chevallier ?... Une sorte de démarquage de Michel Vaillant.
A l'instar de ce dernier, Alain fréquente les circuits automobiles. Il a une fiancée : Tina Rex, et aussi un fidèle mécanicien : John John (surnommé Steack).
Ensemble ils vont vivre de nombreuses péripéties qui mêlent des aventures sportives et -aussi- policières.

En 1977 cette série paraîtra dans l'hebdo Tintin.
Les scénarios d'André-Paul Duchâteau (qui signe "Cap" dans cette série) sont bien enlevés, le graphisme de Christian Denayer est agréable, fouillé, MAIS : cette série était-elle bien utile ?...

Ca se laisse lire, sans plus.
Alain Chevallier sera quand même édité en 17 opus, de 1973 à 1986. Il y a longtemps que j'en ai relu un. Petite rareté quand même : les six premières aventures sont éditées, sous sorte d'albums brochés, agrafés, par les éditions Samedi.
Mais à part ça...

Les auteurs :
Ici scénariste, André-Paul DUCHATEAU est un des dernier dinosaures de la BD franco-belge. De nationalité belge, né à Tournai le 8 Mai 1925, on ne lui compte plus ses séries. Je l'ai rencontré à diverses reprises lors de festivals BD. Un grand monsieur, toujours disponible.

Le dessinateur, Christian DENAYER, de nationalité belge, est né à Ixelles le 28 Septembre 1945.
Assistant de Jean Graton (sur Michel Vaillant) puis de Tibet (sur Ric Hochet) il est aussi connu pour ses autres séries "Yalek", Les Casseurs, Gord.

Nom série  Norbert et Kari  posté le 08/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Norbert et Kari font leur apparition dans l'hebdo Pilote n° 195 du 18 Juillet 1963. Ils s'en vont (sur une autre île ?...) du dit hebdo au n° 525 du 27 Novembre 1969.

Norbert et Kari ?... Une bonne petite BD d'aventures qui se lit sans trop se prendre la tête. Le postulat de départ est pourtant excellent : le contraste entre le bouillant et souvent explosif caractère d'un Européen qui vire son mal de vivre en s'établissant sur une petite île et celui -tempéré, plein de malice- d'un petit gars avec qui il co-habite.

Cette confrontation donne parfois lieu à des scènes hautement explosives dues au trait énergique de leur auteur.
Pourtant -et je ne sais pourquoi réellement- je n'ai jamais accroché à cette série. Il m'arrivait même de la paginer à l'achat de "mon" hebdo Pilote.
Je possède les albums. Ils sont rangés. Point.

Pourtant cette série présente des attraits humoristiques, oniriques, fantastiques même. Mais rien n'y a fait à l'époque...

Il est à noter qu'en cette fin 1969, Pilote a changé de formule ; délaissant une grande partie de ses histoires à suivre. Norbert et Kari ont fait partie du lot.
En 1981, on pouvait les retrouver dans le mensuel "Gomme" ; lequel a vécu le temps de 26 numéros.

De 1974 à 1989, 9 albums seront tirés de cette série ;
Les 4 premiers chez Hachette
Les 4 suivants chez Glénat
Le 9ème et ultime (qui date de 1991) aux Editions du Vaisseau d'Aregent.

Voilà, c'était Norbert et Kari. D'autres personnes vous en parleront peut-être mieux, s'y sont peut-être attachés à l'époque... Tant mieux pour elles si c'est le cas.

L'auteur :
Christian GODARD, dessinateur-scénariste français, est né à Paris le 24 Mars 1932.
Outre cette série, est surtout connu pour Martin Milan, ce dans une production vraiment importante.

Nom série  Kim Devil  posté le 08/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Kim fait son entrée dans l'hebdo Spirou n° 820 du 31 Décembre 1953. Quelques aventures plus tard il partira, définitivement, dans le même hebdo, n° 947 du 7 Juin 1956.

Kim Devil ?... Un guide, un explorateur plutôt, qui va vivre ses aventures principalement dans l'enfer vert amazonien.

Scénarisé par Jean-Michel CHARLIER -une référence- Kim ne vivra que quatre grandes aventures, par la suite éditées.
A noter aussi deux histoires brèves parues dans l'hebdo "Risque-Tout" (N° 6 du 28 Janvier 1955 et n° 10 du 25 Février 1955).

Malgré cette courte vie, Kim Devil est une excellente série de la BD belge réaliste d'après-guerre.

Les auteurs :
Le scénariste, Jean-Michel CHARLIER. Une énorme pointure de la BD franbo-belge. Je vous en parlerai dans une de ses séries très connues.

Gérald FORTON, ici dessinateur. Un inconnu pour beaucoup. Et pourtant : dessinateur-scénariste belge, né à Bruxelles le 10 Avril 1931, il a animé -soit en tant que scénariste ou dessinateur- des dizaines de séries. Dont -entre autres- "Les belles histoires de l'Oncle Paul", "Capitaine Morgan", des Bob Morane, Pemberton avec Sirius, "L'histoire de France en bandes dessinées", des récits complets de "Spiderman", de "Thierry la Fronde".
Parti aux Etats-Unis il réalise les planches des "Quatre Fantastiques", collabore à Marvel Editions...

Il a eu 75 ans et est toujours en activité. Savez-vous (je ne pense pas) qu'à plus de 70 ans, il a été l'auteur du story-board de "Toy Story" ?... Un immense monsieur à (re)découvrir. Peut-être vous le ferai-je un jour ...

Nom série  Doc Silver  posté le 08/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une bonne série -ô combien oubliée- des époux FUNCKEN.

Doc Silver promène pour la première fois sa grande carcasse dans l'hebdo Tintin, n° 6, 22ème année, du 7 Février 1967. Il y donnera ses derniers soins dans le n° 1101 du 4 Décembre 1969.

Doc Silver ?... Un médecin, oui, mais aussi un aventurier. Il n'hésite d'ailleurs pas à faire le coup de poing ou à jouer du revolver quand l'occasion se présente ; surtout qu'il a l'art d'être mêlé à des aventures qui le dépassent parfois.

Un curieux personnage, peu conventionnel, imaginé par Yves Duval et -très bien- mis en scène par Fred et Lilianne FUNCKEN.
Sa courte existence n'aura que le temps de 5 albums. Mais Doc aura quand même le temps, dans le dernier, de participer à la Première Guerre Mondiale.

Une série bien dynamique. On savait les époux FUNCKEN spécialistes des récits historiques, mais ils se révèlent tout aussi bons dans le genre western. Sous leur(s) crayon(s) on reconnaît immédiatement leur souci d'authenticité, du "réel" de l'époque.

Doc Silver n'aura vécu que l'espace de six années et 5 albums brochés.
Il doit bien se marrer, là-haut, avec Pancho. Série oubliée, oui, mais toujours dans l'esprit des jeunes lecteurs (et des autres) de la fin des années soixante.
So long, Doc...

Nom série  Le Chevalier blanc  posté le 08/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je l'aime beaucoup, ce justicier en armure...

Le "chevalier blanc" lève pour la première fois sa lourde épée dans l'hebdo Tintin n° 40, 8ème année, du 08 Octobre 1953.

Les lecteurs vont découvrir une formidable épopée guerrière qui mêle intrigues, coups bas, duels, combats, assauts, sièges... et j'en passe.
Aux commandes : Fred et Lilianne FUNCKEN, deux spécialistes de l'histoire.

Le premier tome est scénarisé par Raymond MACHEROT et dessiné par Fred FUNCKEN. Après ce premier épisode, Macherot s'en va créer Chlorophylle et, plus tard, Sibylline

Et le Chevalier Blanc ?... Fred FUNCKEN a entre-temps épousé Lilianne. Ils sont tous deux passionnés par l'Histoire et possèdent une énorme documentation référentielle.
Sur le présent sujet, elle est sans faille.
Ils décident de continuer -ensemble- cette puissante fresque chevaleresque.

Et ça va plaire. Beaucoup même. La grande connaissance qu'ont les auteurs des costumes et des armes confère aux récits imaginés une forte authenticité et un charme certain.

Petit à petit, pourtant, ce brave Chevalier Blanc va voir ses histoires s'espacer. Il faut dire que nos FUNCKEN ont mis nombre d'autres projets et séries en route. Deux vrais boulimiques du travail (très bien fait d'ailleurs).

Une première série 5 albums verra le jour entre 1956 et 1965 aux éditions Lombard-Dargaud. Seul le premier est un cartonné.
Deux autres albums suivront 15 ans plus tard, édité chez Chlorophylle, brochés et en noir et blanc.
Le Chevalier Blanc fera un ultime retour, en 1994, pour deux albums, édités chez "Hélyode", cartonnés, dont le premier (en réalité le 10) est scénarisé par Didier Convard.

Verra-t-on encore un jour l'armure étincelante briller dans les campagnes ?.. Je ne pense pas. Fred et Lilianne sont octogénaires et vivent une retraite ô combien méritée à Bruxelles. Mais avec eux, on ne sait jamais...

A noter : l'album n° 4 porte le titre "Le signe fatal". L'album n° 6 porte le même titre mais n'a absolument rien à voir avec le 4. Allez comprendre !...
La série "Le Chevalier Blanc" a bénéficié de plusieurs rééditions chez divers éditeurs. Nonobstant ce fait, il est rare d'en trouver des opus lors de bourses "occasions" dans des festivals Bd ou autres. Il est en effet très recherché des collectionneurs.

Héros oublié, qui chevauche pourtant toujours dans les mânes des "jeunes" des années 60, ce chevalier n'aura laissé que de très bons souvenirs...

Nom série  Les chemins de Malefosse  posté le 07/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La série débute dans le mensuel "Circus" n° 54 d'Octobre 1982.

Une bien belle série d'ailleurs, au réel contexte historique rarement abordé.
Les auteurs nous décrivent, tant au point de vue du scénario qu'en celui du graphisme, cette France de la fin du 16ème siècle vécue au quotidien.

Surprise également au niveau du langage utilisé. Bardet, le scénariste nous restitue une langue imagée, issue du moyen-français, dont moult termes et tournures font "époque".
Au dessin, Dermaut se base sur une documentation très aboutie.

L'ensemble de ces éléments confère une véritable touche d'authenticité à ces récits assez picaresques.
Une série "vraie", sans chichis, telle qu'auraient pu la dépeindre les ymagiers (hé hé hé ) de ce temps-là.

Belle saga de ces soldats de fortune, ces "routiers" de l'époque... âpres au combat et très souvent à l'affût de jolies damoiselles et -surtout- de bonnes bouteilles.

Nom série  Brieuc Briand  posté le 07/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Curieux parcours que celui de Brieuc Briand...

Brieuc Briand... ou plutôt "Brammetje Bram" fait son entrée dans la revue hollandaise "Sjors" n°17, en 1970.
Cette série fera la joie des lecteurs de ce magazine jusqu'en 1975. Après quoi, elle se continue dans deux autres périodiques hollandais : "Pep", puis "Eppo".

Une histoire complète -traduite en français- sera publiée dans Samedi-Jeunesse, une longue série de périodiques dont chacun recèle un "album", et propriété du groupe Rossel (maintenant Rossel Editions).

En 1976, l'éditeur Albin Michel tente d'imposer une histoire de cette série au public francophone, ce sous le titre "Brieuc Briand". Un seul album -Pépé la Triche- verra le jour.
La même année, "Brammetje Bram" paraît en Allemagne dans l'hebdo "Zack". Il prend alors le nom de "Pitje Pit". (vous suivez ?...)

Traduite en français, la série fait son entrée dans l'hebdo Super-As n° 1 du 13 Février 1979.
Et là, boum, surprise , "Brieuc Briand" devient Colin Colas !!!... (voir à ce titre).

Et ce n'est pas tout !...
Au départ de la série, l'équipage est composé du capitaine Broie-la-mort, de Brieuc Briand, et d'une bande de joyeux gugusses. Pour son entrée dans Super-As, tous les noms changent : Brieuc devient Colin, Broie-la-Mort devient Grograin etc... Sauf le chat continue à s'appeler Nelson.

Alors, quid de Brieuc Briand ?...
Le joyeux équipage auquel il est attaché passe le plus clair de son temps à en faire voir de toutes les couleurs aux navires anglais et espagnols qu'ils croisent.
Cette agréable série humoristique est servie par le trait de Ryssack. Ca virevolte, s'engueule, se bat, part à l'abordage, râle à tout va dans un mélange d'action, de gags et de bons jeux de mots.

Brieuc est devenu Colin. Colin a pris le large il y a longtemps déjà. Tout comme son créateur. M'étonnerait qu'il repasse un jour le long des côtes...

Brieuc aura connu deux albums :
" A l'abordage", un broché de 1972 aux Editions Samedi.
" Pépé la Triche", un broché de 1976 chez Albin Michel

Cette bande dessinée s'inscrit dans la lignée des grandes séries humoristiques d'expression néerlandaise ; dans la lignée des Bob et Bobette, Néron.

Nom série  Howard Flynn  posté le 07/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Howard Flynn embarque les lecteurs sur son navire dans l'hebdo Tintin, n° 4, 19ème année, du 28 Janvier 1964. Il déposera définitivement ses bagages dans "Tintin sélection" n° 20 de Juin 1973.

Howard Flynn ?... Un fils de très bonne famille qui aura la mer pour "pays d'aventures".

Une bonne série, malheureusement délaissée par ses auteurs. William Vance y excelle dans cette reconstitution de la vie d'un officier de la marine royale britannique en fin du 18ème siècle. Lorsqu'il débute cette (mini) saga, Vance a déjà un graphisme confirmé.
Extrêmement documenté, ses planches sont directement orientées vers l'aventure avec un grand "A".

Car c'est elle, l'aventure, qui tient la vedette dans ces albums. Howard n'y est qu'un pion parmi armateurs, décideurs, politiques, commandants cruels ou faussement débonnaires. Il le sait. Et il s'en contente. Néanmoins, jouant de son amour du "travail bien fait", de son sens de l'honneur, il essaie de les faire agir sur les comportements -souvent douteux ou agressifs- de certains de ses compatriotes.

Et le lecteur a ainsi sa dose de combats, d'assauts, d'abordages ; le tout bien mis en scène par le trait réaliste de Vance et de très bons scénarios d'Yves Duval.
Pourtant, Howard Flynn ne rencontrera jamais le succès escompté. Pourquoi ?.. Je n'en sais à vrai dire rien.
Malgré cet insuccès notoire, Vance réitèrera -en 1976- avec une nouvelle série maritime : Bruce J. Hawker, dont 7 albums seront édités.

Mais Vance explosera, surtout, avec sa série XIII.

Howard Flynn ?.. C'était pas mal. Je ne comprends toujours pas pourquoi cet insuccès.
Il aura néanmoins l'honneur de 3 albums brochés.
A noter : une intégrale en 1981, en album cartonné, éditée chez Magic-Strip, et accompagnée de quelques histoires inédites.

Nom série  Capitan  posté le 07/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Quelle magnifique série que voilà !...

Capitan pointe pour la première fois le bout de son épée dans l'hebdo Tintin n° 37, 18ème année, du 10 Septembre 1963.
Il tirera une ultime révérence dans "Tintin Sélection" n° 12 de Juin 1971.

Capitan ?... Une magnifique série de cape et d'épée, imaginée et superbement mise en scène par le couple Lilianne et Fred FUNCKEN.
Accumulant une importante documentation, les auteurs apportent à ces aventures une véritable rigueur et crédibilité.

Au fil des opus, cet émule de D'Artagnan (qu'il rencontrera d'ailleurs) tiendra le lecteur en haleine. On assistera à son arrivée à Paris, ses premiers déboires, ses pérégrinations, ses missions, ses duels... toutes histoires bien enlevées, à rebondissements, où chevauchées et combats homériques ont la part belle.

Imaginative, novatrice par le contexte historique (en 1963), une série surprenante, bondissante, nantie d'un graphisme précis et rigoureux exécuté par les "spécialistes de l'Histoire" que sont les Funcken, "Capitan" n'aura laissé que de très bons souvenirs aux (anciens) lecteurs.

Notre Gascon à la fine moustache aura droit à 9 albums :
- Les 7 premiers édités chez Lombard-Dargaud, brochés, en couleurs, de 1965 à 1974.
- En 1980, l'éditeur Bédéscope sortira deux inédits en noir et blanc (N° 8 et 9).

De 1986 à 1987, la série sera rééditée chez "Récréabull" sous forme d'albums cartonnés. Mais rien ne vaut les brochés, au papier d'impression un peu "rêche" qui me fait -un peu- penser aux parchemins d'alors.

Capitan ?... Bien oublié. Et c'est grand dommage. Vous en trouverez encore dans certaines bourses "d'occasions" lors de festivals BD (surtout en Belgique). Lorsque j'en propose (des doubles !) à mon stand, ils n'y restent pas 5 minutes. Un héros encore dans pas mal de mémoires... anciennes.
Capédiou !...

Les auteurs :
Lilianne (Schorils) et Fred FUNCKEN, époux dans la vie comme dans le dessin.
Lilianne, dessinatrice-scénariste de nationalité belge, est née à Soignies (Hainaut) le 17 Juillet 1927.
Fred, dessinateur-scénariste de nationalité belge, est né à Verviers le 5 Octobre 1921.

Deux véritables pointures de la BD franco-belge. On ne compte plus leurs créations.
Outre cette série, ils sont également connus pour : Le chevalier blanc, Harald le Viking, Jack Diamond, Doc Silver et -surtout- "La grande encyclopédie des uniformes et des armes de tous les temps" ; 17 épais albums cartonnés qui font le bonheur des historiens et des maquettistes par la précision des recherches effectuées, tant au point de vue historique que graphique.
Lilianne et Fred vivent toujours et profitent d'une retraite bien méritée à Bruxelles.

Nom série  Eric et Artimon  posté le 07/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Courte vie pour Eric et Artimon...

Ce brave jeune capitaine et son neveu Eric font leur première apparition dans l'hebdo Spirou n° 1252 du 12 Avril 1962. Ils s'en vont, doucement, lors du n° 1506 du 23 Février 1967.

Eric et Artimon, une belle -petite- série pour la jeunesse imaginée par Vicq (qui signe le premier album sous le pseudo de "Raymond").
Elle nous raconte, gentiment, des aventures policières sur un ton qui n'est pas dénué de poésie.

C'est "joli-mignon" et bien réalisé graphiquement. La violence, pour autant qu'on puisse en parler, est masquée par des gags ; Eric étant une sorte de Benoit Brisefer mais sans la force de ce dernier. Il se sort des difficultés rencontrées par sa débrouillardise, sa vivacité... et l'aide de son tonton.

Cette série éphémère dessinée par Will (Tif et Tondu) fera l'objet de deux histoires. Accaparé par cette série de Tif et Tondu, Will abandonnera assez vite Eric et son tonton.
Dommage ; c'était "frais", bien scénarisé, bien mis en scène graphiquement. Les deux albums ont toujours un certain charme, malgré une bonne quarantaine d'années d'existence pour le premier.

Dupuis, l'éditeur de Spirou, ne semble pas avoir été intéressé par la diffusion de ces "héros".
Le premier album : "Toute la gomme", ne sortira, en édition brochée, qu'en 1976 chez Albin Michel.
Le second : "Le Tyran en acier chromé", aura l'honneur d'une édition cartonnée chez Magic-Strip en 1983.

Voilà. C'était une petite série bien faite, réalisée par le grand Will. Elle a existé ; ce pourquoi je vous en parle.

Nom série  Michel et Thierry  posté le 06/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Curieuse série que celle-ci...
Les héros ?... Deux adolescents, passionnés par l'avion-modélisme, qui vont se trouver mêlés à diverses intrigues lors de leurs déplacements sportifs dans divers continents.

"Michel et Thierry" font vrombir les petits moteurs pour la première fois dans l'hebdo Spirou n° 1238 du 4 Janvier 1962. Ils y tireront leur révérence dans le n° 1584 du 22 Août 1968.

Une série qui surprend car elle ne manque pas d'intérêt. Extrêmement documentées en ce qui concerne la "petite aviation", les histoires sont un heureux mélange d'un indispensable suspense ainsi que d'un certain didactisme alors en vigueur dans "Spirou" (genre "Les Belles Histoires de l'Oncle Paul" dont je vous parlerai un jour).

Onze histoires feront le bonheur d'une grosse frange du lectorat de l'époque. Onze histoires ?... Pourtant seule la première connaîtra le bonheur de l'édition, sous forme d'un album broché, en couleurs, chez Dupuis, en 1963.
Ce n'est qu'en 1979 que l'éditeur Bédéscope (merci !) fera paraître quatre albums d'un seul coup, chacun reprenant une ancienne aventure ; albums brochés MAIS en noir et blanc.
Dommage : Bédéscope interrompt l'édition de cette bonne série après seulement quatre opus. Non rentabilité ?... Fort possible...

"Michel et Thierry" une belle série, quasi introuvable -même dans les "bourses d'occasion"- lors de festivals BD. A relire dans les hebdos Spirou seulement...

Les auteurs :
Au dessin : Arthur PIROTON, dessinateur-scénariste belge, né à Anthisnes le 4 Juin 1931 et décédé le 22 Janvier 1996.
Outre cette série, est connu pour celle de Jess Long. Un très bon dessinateur réaliste, trop tôt parti.
Au scénario : Charles JADOUL. Connu aussi comme scénariste de Arnaud de Casteloup, "Docteur Gladstone". Heu... mais qu'ai-je fait de sa fiche ?...

Nom série  L'Epervier Bleu  posté le 06/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
"L'Epervier Bleu"... un superbe surnom pour un héros, vous ne trouvez pas ?...

Il fait sa première apparition dans l'hebdo Spirou n° 30 du 26 Juillet 1942. Il tirera sa révérence dans le même hebdo, n° 2046 du 30 Juin 1977.

"L'Epervier Bleu" ?... Une sorte dIndiana Jones avant la lettre. Grand, costaud, blond, la mâchoire volontaire, le visage carré, porteur de pantalons bouffants et de hautes bottes, il personnifie le héros pur et dur tel qu'on se l'imaginait pendant et après la Seconde Guerre Mondiale.
Il n'est pourtant pas seul, l'Epervier. L'accompagnent Larsen, son "faire-valoir", un grand rouquin costaud sympathique qui apporte une touche humoristique certaine, et Sheba, un petit hindou éternellement enturbanné de blanc, qu'ils ont "adopté".

Dans la vraie tradition des grandes bandes dessinées réalistes américaines, cette équipe va vivre intensément toute une série d'aventures où se mêlent exotisme et science-fiction.
Ce qui ne plaira pas à la censure FRANCAISE d'alors ("Spirou" est belge !). Ses éminents gugusses qui la composent -au début des années 50- jugent le contenu des planches de l'Epervier "trop cauchemardesques". D'où pressions sur l'éditeur belge (Dupuis) qui, par peur de ses chiffres de vente, fait pression sur Sirius (l'auteur). Nous sommes en décembre 1952.
Sirius termine alors son histoire de "La Planète Silencieuse" en trois semaines. Il met son "Epervier" en semi-retraite et continue sa saga des Timour.

VINGT ans plus tard, l'Epervier réintègre "Spirou". Le graphisme de Sirius a évolué. Il se fait assister au point de vue du scénario -et même du graphisme- par Jean-Marie Brouyère. Deux histoires paraîtront ("Le Puzzle de l'au-delà" et "Le Cimetière de l'infini") mais ne seront pas éditées.
Sirius abandonne alors -définitivement- l'Epervier. Nous sommes en 1977.

Ce sympathique héros connaîtra 8 albums, lesquels feront l'objet de certaines rééditions... en noir et blanc ! En 1986 les éditions Dupuis tentent de relancer L'Epervier dans certaines de leurs collections. Sans réel succès...

"L'Epervier Bleu" ?... Une superbe série, au graphisme baroque à souhait qui nous entraîne dans de magnifiques aventures aux décors -déjà- en avance sur leur temps.
Malheureusement oubliée, réalisée par un des maîtres du réalisme, elle mérite hautement d'être (re)découverte.

Pour les puristes et les collectionneurs fous :
- Seul le premier album de la série est cartonné. Le dos est réalisé à partir de papier Kraft brun encollé à la colle de poisson (si ! si ! je l'ai !... et qui plus est en grand format, donc plus que rare !).
- L'album n°2 -"Le Pharaon des cavernes"- est broché. Il en existe UN SEUL EXEMPLAIRE cartonné qui est un essai d'imprimerie. (non ! non ! je ne l'ai pas !...)
- En 1986 a été édité un album cartonné : "Territoires interdits" qui est en réalité la reprise des albums 6, 7 et 8. A oublier.

Et l'auteur dans tout ça ?...
Max MAYEU, dit SIRIUS, dessinateur-scénariste belge, est né à Soignies (Province de Hainaut) le 26 Septembre 1911. Il s'en est allé le 1er Mai 1997.
Outre la présente série, il est surtout connu pour être l'auteur de la saga des Timour. A créé aussi Pemberton (dans Pilote) et autres séries mineures, elles-aussi bien oubliées.
SIRIUS ?... Un des plus importants et prolifiques créateurs classiques de la BD franco-belge. Je l'ai déjà écrit pour Timour : une étoile porte son nom. Et c'est très bien ainsi...

Nom série  Erik le Viking  posté le 06/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
La saga d'Erik débute, en 1960, dans le magazine britannique "Lions".
Les lecteurs français et belge la découvrent en "petits formats" -intitulés "Erik le Viking- dès 1963. Edités par SNPI, 51 numéros -de Juin 1963 à Août 1967- permettent au lectorat de découvrir un monde de fureur, en noir et blanc, créé sous la plume de Don Lawrence.

Erik ?.. C'est une fantastique saga au "temps des Vikings". Enlevé bébé, élevé comme un viking, Erik découvrira ses origines, vivra moult aventures et partira en quête d'autres à bord d'un drakkar.

Don Lawrence, l'auteur, a su recréer l'atmosphère de cette époque. Il n'a pas son pareil pour "croquer" ces affreux, sales et méchants -toutes races confondues- qui peuplaient le monde d'alors.
Un magnifique graphisme, des scènes de combats rehaussées par l'usage du noir et blanc, des histoires qui "tiennent la route", d'attachants -mais rudes personnages- en font une série qui tient la route.

Ce n'est qu'à partir de 1979 que Michel Deligne, un éditeur belge, fera découvrir ce bijou. Onze (grands) albums brochés, en noir et blanc, seront édités en 5 ans.
Jamais réédités, ils constituent une réelle rareté et ne sont trouvables que très sporadiquement dans des bourses "d'occasions" lors de festivals BD.

Une magnifique série -ouf, que je possède- mais que, malheureusement, nombre d'entre vous ne connaîtra jamais.

L'auteur :
Donald SAUTHAM, dit "Don Lawrence", dessinateur-scénariste anglais, est né à Londres le 30 Novembre 1927.
Outre cette série, il est surtout connu en tant que dessinateur de la magnifique série l'Empire de Trigan (voir à ce titre).

Nom série  Kogaratsu  posté le 05/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Kogaratsu pointe le bout de son sabre dans l'hebdo Spirou n° 2338 du 3 Février 1983.

Kogaratsu ?... Un samouraï fier et courageux au service de son seigneur Yoshida. Mais un autre seigneur -Mitsuru- lui ravit le pouvoir. Kogaratsu va alors entreprendre une âpre lutte contre les armées du tyran.

Kogaratsu ?... Une série qui se passe au Japon, dans le début du 17ème siècle. Les auteurs se plaisent (nous plaisent) à décrire une période charnière de l'histoire de ce pays. Avec authenticité et réalisme ils nous font entrer dans ce monde, encore trop méconnu, et nous font découvrir les us et les coutumes de ce peuple d'alors.

Cette très belle série bénéficie d'un graphisme aérien et d'un très grand souci de documentation. Revivez donc ces épopées guerrières d'un Japon médiéval !...

Kogaratsu ?... c'est comme un bon Western au pays du Soleil levant. A déguster, doucement, image par image, plan par plan, en humant la bonne et profonde odeur d'un thé vert...

Le dessinateur :
Marc DE GROIDE, dit Michetz, dessinateur-scénariste belge, est né à Ixelles le 15 Octobre 1951. Hors cette (principale série) on le connaît aussi pour Tako. Un excellent illustrateur réaliste.

Nom série  Paul Foran  posté le 05/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Très spécial Paul Foran...

On découvre sa dégaine dans l'hebdo Spirou n° 1591 du 10 Novembre 1968. Il tire sa révérence dans le même hebdo, n° 2151 du 5 Juillet 1979.

Les lecteurs découvrent un scientifique athlétique -une sorte de Doc Savage, mais plus jeune- qui va enquêter sur des histoires paranormales particulièrement sombres, et même qui font frissonner.
Pendant dix ans, Paul Foran va côtoyer les meilleures séries de l'époque. Mais le style, le trait réaliste surtout de ces histoires, choquent une partie du jeune lectorat (comme d'habitude, ce ne sont pas les lecteurs qui le disent mais l'éditeur !).
Il est vrai que le graphisme, particulièrement sombre, tranche avec les "petits mickeys" dessinés à l'époque.

On peut constater qu'il règne une sorte de climat vénéneux tout au long de ces histoires. Ce qui semble être à l'origine de la désaffection d'une partie du public (de l'éditeur ?...)

Pourtant, les auteurs nous offrent une magnifique série, aux ambiances résolument sombres et sordides, injustement "abandonnée" après quatre histoires. Heureusement, Dupuis les éditera, sous forme brochée, de 1976 à 1979.
Rares à trouver, car non rééditées, ces aventures annonçaient pourtant un graphisme nouveau dans les "spirouteries" d'alors.
J'aime vraiment.

Les auteurs :
Les scénarios sont signés GIL (de son vrai nom José LARRAZ).

L'album 1 -"Chantage à la Terre"- est signé Montero au dessin. Il s'agit en réalité de Jésus BLASCO (espagnol, né à Barcelone le 3 Novembre 1919 - décédé le 21 Octobre 1995), un des maîtres de la BD espagnole.
L'album 2 - "L'Ombre du gorille"- est signé Jordi au dessin. Il s'agit de Jordi BERNET (espagnol, né à Barcelone le 14 Juin 1944), auteur de nombreuses séries très connues en Espagne et Allemagne, mais peu en France.
L'album 3 -"Le Mystère du lac" - retour de Montero au dessin.
L'album 4 -"La Momie"- (le plus effrayant peut-être), avec Jordi au dessin.

Il est à noter qu'en 2001, un album de Paul Foran -"Le Gang des vampires" signé Gil et Larraz a été édité aux Editions Milwaukee. Tirage à 700 exemplaires. J'aimerais bien le trouver celui-là !!...

Nom série  Jérome K Jérome Bloche  posté le 05/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pfouhhh... j'ai eu du mal à le retrouver mais :
Jérôme K. Jérôme Bloche fait sa première apparition dans le "Spirou album +", n° 4, supplément de l'hebdo Spirou n° 2329 du 2 Décembre 1982.

Jérôme ?... C'est un détective privé, amateur des "privés d'Hollywood" des années 40. Comme eux, il porte un imperméable mastic et est coiffé d'un chapeau "stetson". Et tant que faire se peut, il essaie de résoudre des énigmes un tantinet compliquées.
Son problème ?... C'est un grand distrait.

Américain ?... Ben non... Français, et qui aime les tartines au beurre et le café au lait... et qui circule sur un Solex. Il a une sorte d'ange gardien : la jolie Babette qui veille...

Jérôme ?... Tout à fait l'opposé d'un superflic. C'est quelqu'un qui déborde de tendresse et qui n'aspire qu'à la tranquillité. Curieux pour un "privé", non ?...

Après son éphémère apparition, Jérôme investit -pour de bon cette fois - les pages de Spirou dès Décembre 1983.
Les deux premiers épisodes seront scénarisés par Makyo (=Fournier) et Le Tendre. Les 3 suivants par l'un et l'autre. Alain Dodier reprendra quasi seul (scénario de Makyo au n° 10) la série dès l'opus 6.

Jérôme K. ?... Une série policière bien sympathique qui poursuit agréablement son rythme.

Pour les puristes :
Le "Spirou album +" était un supplément trimestriel de l'hebdomadaire. Sous forme d'un fascicule, il proposait l'équivalent d'un ouvrage entier complété par de petites histoires brèves. Chapeau si vous le trouvez !

Nom série  Jojo  posté le 04/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une excellente série pour les "très jeunes"... et les autres aussi !
Jojo promène pour la première fois sa frimousse dans l'hebdo Spirou n° 2376 du 27 Octobre 1983.

Jojo ?.. c'est un "p'tit bout d'chique" qui vit le plus clair de son temps avec sa mamie. Vous ne pouvez le manquer : il porte une culotte rouge et une casquette verte !

Jojo ?... C'est un gamin, avec ses idées et ses rêves de gamin. Il a pour copain Gros Louis avec qui il adore déguster les crêpes de mamie. Sa vie ?... Ben, c'est celle de tous les jours ; avec l'école, le cours de gym, les colonies de vacances... vie scolaire, d'ailleurs, qu'il accomplit plus par obligation que par amour des études.

Jojo ?... C'est un "p'tit bout" comme les autres. Et si parfois il fait une "fugue" il revient vite dans le giron de mamie...

Une très belle série réalisée par André Geerts. Ce dernier, en quelques traits, en quelques mots justes nous restitue avec émotion la nostalgie de l'âge tendre.
Son entrée sera d'abord discrète dans Spirou. Mais les lecteurs, très nombreux, en redemandent. Via Jojo, c'est la tendresse et la poésie de "quand on était petit" qui nous revient à l'esprit. Et ça fait du bien de se souvenir...

"Jojo" est édité chez Dupuis depuis 1987. Une excellente série, d'une réelle qualité.

L'auteur :
André GEERTS, dessinateur-scénariste belge, est né à Bruxelles le 18 Décembre 1955.

Nom série  Jonathan  posté le 04/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Jonathan fait sa première apparition dans l'hebdo Tintin n° 6, 30ème année, du 4 Février 1975.

Surprise... et appréciation des lecteurs.
Jonathan nous embarque dans un voyage initiatique au coeur des grands plateaux himalayens. Avec lui, on participe à sa quête mystique, à ses rencontres avec Drolma, Neal et son ami invisible et -surtout- Kate dont il va tomber amoureux.

Chacun de ces personnages possède une dimension faite de symboles, où spiritualité et philosophie ne sont d'ailleurs pas oubliés.

Jonathan ?... Une série ou Cosey nous en met plein la vue. Il multiplie les cadrages audacieux -comme au cinéma- et décrit de bien belle façon ces espaces enneigés ainsi que que ceux -par la suite- de l'Amérique du Nord.

Cette série se veut un hymne à l'amitié ; amitié que Cosey parvient à faire passer entre ses personnages ainsi qu'entre lui et nous.
Série profondément humaniste, Jonathan est une des plus originales de la fin du siècle dernier. Je ne comprends d'ailleurs pas pourquoi il a fallu 10 ans pour la voir éditée en albums !...

L'auteur :
Bernard COSENDAI, dit COSEY, dessinateur-scénariste suisse, est né à Lausanne le 14 Juin 1950.
Outre "Jonathan", on lui connaît : Le Voyage en Italie, Orchidea, Saigon-hanoi et autres réalisations à la fois originales, fortes, sensibles et réalistes.

Nom série  Les Tours de Bois-Maury  posté le 04/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
La série fait ses débuts dans "Circus" N° 73 de Mai 1984.

Hermann -texte et dessins- a ici concocté la dureté de l'époque qu'était le Haut Moyen-age. Avec véracité, il nous raconte la geste d'Aymar de Bois-Maury, un petit seigneur sans terres, parti à la recherche de ses origines.

Postulat de départ très simple, mais qui va devenir une des plus belles séries toujours en cours.
Hermann va nous conter une suite de destins. Il va nous brosser une suite de "gueules" d'un autre temps, il va nous dépeindre avec réalisme ce "temps passé" où les puissants d'alors avaient droit de vie et de mort sur tout un chacun.
Avec sa fougue et son graphisme, il nous fait pénétrer dans cette époque qui fait encore rêver nombre d'entre-nous.

A l'opposé de certaines bandes dessinées, dites historiques, qui nous balancent régulièrement des poncifs -non vérifiés d'ailleurs- Herman nous fait ici entrer dans le "vrai". Il nous emmène avec lui dans ce monde et parvient à nous faire sentir par l'image ceux qui étaient nos aïeux. Et "sentir" est le mot : dites-vous bien qu'on ne se lavait pas, les bouches -souvent noircies de chicots à la place des dents- puaient la charogne, le papier toilette n'existait pas, les sous-vêtements non plus, ainsi que les MP3 (ça, c'est pour les plus jeunes !)...

A noter : au départ, cette série avait été commandée par une agence yougoslave ! (Strip Art Features). Elle a bénéficié de multiples traductions au travers de l'Europe.
Une grande série, forte graphiquement, puissante par ses histoires -qui paraissent si simples pourtant- qui font de Hermann un des tous grands scénaristes.

A partir de l'opus 11 (y compris), cette série continue sous le nom de "Bois-Maury" seul.
Immanquable !

Nom série  Les Bogros  posté le 04/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Marrante cette série...
Les Bogros (au départ les "Polluks") font leur première apparition dans le périodique (mensuel) "Pistil" n° 1 de Mai 1977.

Les Bogros ?... Ce sont de très très petits bonhommes qui vivent au milieu des déchets. Ils vivent cachés car ils ont peur de tout... et de rien.

Série "écologique" elle continue à être publiée jusqu'à la fin de "Pistil" (n° 71 du 13 Juin 1979).
Mais ce petit monde revient en force dans l'hebdo Spirou n° 2373 du 6 Octobre 1983. On leur découvre un nouveau "monde". Ils vivent maintenant, en parfaite autarcie, dans une clairière aménagée.

Les auteurs nous offrent ici une magnifique fable. Derrière des histoires "pour enfants" où les Bogros tentent de vaincre leur peur de l'inconnu, se cache une fine analyse de notre société. A lire donc à deux niveaux.

Trop occupé, Makyo (pseudo de Pierre Fournier) délaissera cette série en 1990. A noter que le scénariste "Toldac" est le propre frère de Makyo/Fournier. Une histoire de famille, quoi...

Plus de 15 que les Bogros ont disparu des vitrines des libraires. Vivent-ils toujours dans leur clairière ?... Ont-ils dépassé les limites de leurs connaissances (vous savez, un panneau qu'ils repoussaient de temps en temps...) ?... Seuls leurs auteurs le savent.
Peut-être, un jour...

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 96 99 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque